Le dilemme de l’enfant supplémentaire


Est ce qu’un jour on décide que l’on aura 1 enfant, 2, 3, une équipe de foot ou aucun ET… qu’on s’y tient? Je ne crois pas.
En tout cas rien n’est jamais définitif et je pense qu’une bonne partie des parents n’ont pas forcément le nombre d’enfant, l’écart d’âge entre eux qu’ils avaient envisagé à l’époque de l’insouciance. Oui parce qu’avant d’avoir des enfants on est dans la naïveté la plus totale : « moi j’aurai 2 enfants, 3 ans d’écart, ça ira tout seul! » Mais oui, et la marmotte…l'enfant supplémentaire
l'enfant supplémentaire

Généralement tu n’a même pas encore quitté la maternité que tu croises forcément celui ou celle (généralement mère et belle-mère) qui te dit « alors à quand le prochain? » => heu tu permets, j’ai encore les points de mon épisio qui démangent là…

Mais voilà, arrive quand même la question un jour ou l’autre : on fait un autre enfant?
Le dilemme de l’enfant supplémentaire.

Oui parce qu’à la nostalgie des premiers instants avec bébé, de la magie de l’accouchement, des premiers body s’opposent la fatigue, l’incertitude de l’avenir, les questions matérielles (appartement, voiture…).

Lorsque j’ai eu numéro 2, un garçon après une fille, la question de l’enfant supplémentaire ne se posait pas.
Finito! Plus personne ne jouera au foot dans mon utérus!
l'enfant supplémentaireEt puis j’ai décidé de changer de vie. Alors quand j’ai rencontré l’amour de ma 2ième vie, lui qui a toujours voulu être père, c’était juste une évidence, je voulais un bébé avec cet homme si génial. Je voulais qu’on connaisse ce bonheur ensemble.
Allez hop, 8 mois après notre rencontre j’étais enceinte!

Monsieur lapin a maintenant 10 mois, alors comment ne pas se poser la question?
Pour l’instant elle traverse rapidement la tête, sans jamais rester bien longtemps, la réflexion étant vite interrompue par une énième crise de relouitude….

Mais parfois tu les regardes et tu te dis que tu en ferai bien un autre parce que tes enfants c’est juste ce que tu as fait de mieux dans ta vie!l'enfant supplémentaire
Et parfois, après 15 mois de manque de sommeil, 14523 « j’en peux plus », 232 « qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça », 1245 crises de larmes ingérables, tu te dis que ça serait juste du suicide de le faire!

Mais finalement, parmi les enfants supplémentaires ou non, prévus ou non….combien de parents considèrent que cet enfant est de « trop »? J’ai tendance à penser qu’aucun parent ne se dit que le petit dernier est de trop…
Même lors de crises intenses, quand tu es au bout du rouleau, jamais tu te dis que tu aurai pu te passer de cet enfant!

Après, bien sûr, il faut être sur la même longueur d’onde que son conjoint, oui c’est mieux hein….

Mais si l’autre est aussi perplexe? Alors? On sait comment qu’on s’arrête là?l'enfant supplémentaire

 

Tu en penses quoi? Donne ton avis!